The helium bubble

By :

Greg De Temmerman


Dimitri Chuard


Jean-Baptiste Rudelle


Publish :
28/6/2021

Will the future of humanity depend upon our ability to extract helium 3 from the moon and bring it back to earth? A detailed analysis. Will we ever be finished with the lunar dream? In recent months, all kinds of announcements have been made. The United States are planning to bring astronauts back to the moon before the end of the decade, for the first time since 1972. China and Russia have concluded a partnership to build a research station in orbit or on the Moon. CNES has just launched the world's first incubator dedicated to the Moon. These announcements, largely inspirational, also indicate the return of a much more concrete problem: the exploitation of the potential resources of our satellite, particularly helium-3. Could this resource, which is virtually non-existent on Earth but present on the Moon, constitute an energy source for the Earth? The technical and economic difficulties to be overcome to master helium-3 fusion are enormous. It is paradoxical that helium-3 is so often mentioned when talking about space, while its use for fusion is the subject of very little interest in the academic world. While scientific papers on the subject appear sporadically, the main focus remains the development and deployment of deuterium and tritium-based reactors. This is likely to remain the case for many, many decades.

L’avenir de l’humanité se jouera-t-il sur notre capacité à extraire de l’hélium 3 de la lune et à le ramener sur terre ? Petit décryptage argumenté. N'aurons-nous jamais fini avec le rêve lunaire ? Depuis quelques mois, les annonces en tous genres se multiplient. On sait désormais que les États-Unis prévoient de ramener des astronautes sur sa surface avant la fin de la décennie, pour la première fois depuis 1972. De leur côté, la Chine et la Russie ont conclu un partenariat pour la construction d’une station de recherche en orbite ou sur la Lune. Le CNES vient de lancer le premier incubateur au monde dédié à la Lune. Largement pourvoyeuses d’imaginaires, ces annonces indiquent également le retour d’une problématique bien plus concrète : l’exploitation des potentielles ressources de notre satellite, et notamment de l’helium-3. Cette ressource, quasiment inexistante sur Terre mais présente sur la Lune, pourrait-elle constituer un gisement énergétique pour la Terre ? Les difficultés techniques et économiques à surmonter pour maitriser la fusion de l'hélium-3 sont énormes. Il est d’ailleurs paradoxal que l’hélium-3 soit si souvent mentionné dès qu’on parle de spatial alors que son utilisation pour la fusion fait l’objet d’un très faible intérêt dans le monde académique. Si des articles scientifiques sur le sujet sortent de façon sporadique, l’objectif principal reste le développement et le déploiement de réacteurs basés sur le deutérium et le tritium. Il est probable que cela reste le cas pour de très nombreuses décennies.

Article publié sur Usbek&Rica


Our Reports

The helium bubble: prospects for 3He-fuelled nuclear fusion
Too hot to grow: how global warming can make the world enter into structural economic recession
The helium bubble: prospects for 3He-fuelled nuclear fusion
Too hot to grow: how global warming can make the world enter into structural economic recession